• Increase font size
  • Decrease font size
  • Default font size
JA slide show

Bienvenue chez les Experts

La Marocaine des Experts en organisation et en montage financier s'est donnée pour mission d'apporter un service de conseil en gestion d'entreprise grâce à l'éfficacité de ses experts et leurs potentialités interactives. Ainsi, de grands moyens sont déployés par elle pour fournir des prestations adéquates et spécifiques aux besoins particuliers de ses partenaires.

Espace Client






Mot de passe oublié ?

Investir au Maroc

Investir au Maroc
Vous êtes désireux d’investir au Maroc, mais vous voulez vous consacrer à l’essentiel.

Tableaux de Bord Financiers

Le Tableau de Bord du Dirigeant

Les tableaux de bord que nous vous proposons sont concis pour qu’ils soient gérables et reflètent une image complète de la structure financière de l’entreprise. 
ACCUEIL
Les contraintes financières à l'international : petit guide Version imprimable Suggérer par mail
 
La Mondialisation des échanges ainsi que les exigences clients soumettent les entreprises à des règles du commerce international. Ces règles évoluent régulièrement pour assurer un niveau de transparence aux différents opérateurs concernés. Les explications d’Olivier LUISETTI (Net Purchasing).

Les échanges de commerce internationaux sont régis par les Règles et Usances Uniformes (RUU). Il s’agit d’un ensemble de règles utilisées pour les lettres de crédit de la Chambre de commerce internationale (CCI/ICC). Les RUU sont utilisées par les banques et commerçants dans plus de 175 pays.

Le crédit documentaire suit donc les règles des RUU. Les dernières sont les RUU600 : c’est un moyen de paiement et un engagement bancaire irrévocable. Il est émis par une banque, à la demande de son client donneur d'ordre, de payer une somme d'argent à une échéance convenue en faveur d'un bénéficiaire dûment avisé par un intermédiaire financier contre remise des documents requis strictement conformes aux termes du crédit.

Parmi les récentes modifications liées à la réglementation RUU 600, on trouve a titre d’exemple : l'article 2 des RUU 600 qui définit l'ensemble des termes mentionnés dans la rédaction d'un crédit documentaire, ce qui évite désormais les litiges d'interprétation des parties. L'Article 3 des RUU 600 quant à lui regroupe et précise tout les interprétations : Irrévocabilité d'un crédit, forme de la signature et légalisation/visas.

Chaque étape du processus d’ouverture du crédit documentaire mérite d’y prêter une grande attention de la part de l’exportateur (vendeur) et de l’importateur (acheteur). En effet, un crédit documentaire réalisé en bonne et due forme est, certes contraignant, mais sécurisera la transaction et évitera bien de mauvaises surprises aux deux parties.

Après négociation du paiement par crédit documentaire, l'acheteur passe commande au vendeur, lequel confirme avec précision les termes de la commande en adressant par retour à l'acheteur une facture pro forma ou un accusé de réception de commande.

L'acheteur remplit un formulaire d'ouverture de crédit documentaire en faveur de son fournisseur (bénéficiaire) et le remet à sa banque (banque émettrice). Ce document site toutes les instructions nécessaires à l'ouverture du crédit documentaire et doit reprendre tous les éléments financiers de la facture pro forma.

La banque émettrice ouvre le crédit documentaire suivant les indications de la demande d'émission, ajoute éventuellement sa propre garantie (irrévocable) pour couvrir le risque commercial sur l'acheteur, (insolvabilité) et l'adresse à la banque « notificatrice ».

La banque notificatrice informe le bénéficiaire qu'un crédit documentaire dûment authentifié a été ouvert en sa faveur en lui transmettant la copie du document qu'il a reçu de la banque émettrice : c'est la notification du crédit documentaire.

Cette transmission n'engage nullement la banque notificatrice. En revanche, si celle-ci ajoute sa confirmation, elle s'engage à payer le bénéficiaire, sous réserve que les documents soient conformes aux exigences de l'acheteur et donc du crédit documentaire, et couvre ainsi le risque politique et de non transfert, ainsi que l'insolvabilité de la banque émettrice.

Le vendeur doit vérifier tous les termes du crédit documentaire, sa conformité avec la négociation commerciale, et s'il peut respecter toutes les exigences émises. S'il constate des non-conformités (modification des conditions de règlement...), des erreurs, des impossibilités (date d'expédition trop rapprochée...), il doit immédiatement demander au donneur d'ordre (l'acheteur) de faire effectuer par la banque émettrice les modifications nécessaires (amendements) à la bonne réalisation du crédit.

Lorsque le bénéficiaire est d'accord avec les termes du crédit documentaire, il procède à l'expédition et remet la marchandise au transporteur avant la « date limite d'expédition" portée sur le crédit documentaire.

Source : Babfinance

 


 
< Précédent   Suivant >

Suivez-nous sur:

Twitter Twitter Viadeo Linkedin

Visioconférence

Nous contacter

mail_contact_formulaire

Plan du Siège

Domiciliation maroc, domiciliation casablanca, de société et entreprise, la formation professionnelle Maroc pour du conseil fiscal et social pour centre d'affaires par une équipe qui assiste à s’implanter au Maroc. Les investissements financier suivit par des avocats. Finances commerciale Maroc pour une constitution de sociétés du conseil juridique et comptable et social et fiscal d’investir au maroc par votre conseil juridique et location de bureau a casablanca une permanence des prestataire et gestionnaire en activité pour un bureau virtuel en partenariat implanter, le suivi logistique par une assistance formalisé pour accomplir 100% des travaux